blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

architectes algeriens

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Architecture, ville, urbanisme

Architecture, ville, urbanisme

Blog dans la catégorie :
Actualités

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

architectes algeriens

LA RUE BARAMA (CONSTANTINE): la corporation des bouquinistes

Le 26/11/2014

La Rue Barama à Constantine n’a pas la renommée des autres rues sillonnant la Vieille-Ville….Ni bazars, ni gargotes, ni cafés, juste des murs hauts avec quelques ouvertures. Certaines petites fenêtres encadrent des extracteurs dont les ronrons se mêlent aux odeurs des divers mets cuisinés dans les petits restaurants des alentours…

 Mais la rue Barama si colorée, richement meublée accorde un instant de rencontre aux idées et aux auteurs les plus opposés….Marx, Coelho, El Ghazali, Kafka, Sartre, Onfray , Boudjedra, se côtoient malgré eux sur des étalages de fortune….

 

 La rue Barama, une séquence culturelle enfouie dans les entrailles de la vieille-ville se veut l’espace dédié à cette corporation de bouquinistes…Vendeurs charmants, pédantistes, ils ne résistent pas à converser avec les renifleurs du vieux papier sur leur dernière lecture. Ils font partie du décor…animant les murs gris par leur sollicitude, leur sourire leur verbe obsolète et leur patience….

La vieille-ville, comme une vieille dame, enferme dans chaque ride un trésor pour celui qui cherche à s’enrichir…Une vieille dame dont chaque ride est le sillon temporel d’un souvenir pour celui qui revient à son enfance….

 Les bouquinistes ont été chassés des lieux les plus exposés…Le livre aussi a été chassé des parcours populeux pour laisser places aux fringues « made in » immaculés et surexposés aux regards des passants… 

 Finalement, la rue Barama est le vieux tronçon réservé aux vieux livres, pour raconter les vieilles histoires du bon vieux temps, dans une vieille-ville qui refusent de succomber aux coups des vieux démons…

 Constantine s’accroche à ses ponts, à ses monuments, à son Rocher…mais sa force provient de la sève coulant dans les venelles banales où se trament sa mémoire et les histoires sur son avenir…

 Rue Barama, rue des bouquins, des bouquinistes et des amis du livre….Je n’exagère pas en affirmant que c’est la seule référence culturelle qui survit à Constantine….Le reste n’est que bazar. Image

BOUCHAREB A

le 04/07/12